Toutes nos excuses, aucun Tweet n'a pu être chargé.
S'abonner à Twitter
135481_l-americain-ben-spies-yamaha-a-northampton-le-11-juin-2011

Bilan mi-saison : Ben Spies (12/17)

Aujourd’hui, la chronique retraçant le début de saison de l’ensemble du plateau MotoGP est consacrée à un troisième pilote Américain en trois jours (après promis on arrête) et non des moindres, puisqu’il s’agit du Texan Ben Spies, actuel 6ème du championnat du monde, qui a hérité du guidon laissé vacant par Valentino Rossi en fin de saison dernière au sein du team officiel Yamaha.

S’il fallait un choisir un terme pour qualifier la première moitié de saison réalisée par Ben, un des plus appropriés serait « contrastée ». En effet, on peut aisément séparer en deux parties distinctes ces premières courses du millésime 2011, tout comme peuvent l’être les courses de l’Américain.

Après des essais hivernaux plutôt convaincants (il faisait jeu égal avec son champion du monde sortant de coéquipier, l’Espagnol Jorge Lorenzo), les premières courses de Spies se sont avérées décevantes. Par exemple, lors de l’ouverture du championnat au Qatar, Ben ne peut faire mieux que 6ème à 10s de la victoire alors que l’année auparavant sur le même tracé et au sein du team satellite Tech3 il finissait 5ème, à moins de 4s de la victoire.

De même, lors de la course du Mans traditionnellement favorable aux pilotes de la firme aux trois diapasons, Ben ne parvient pas à se mêler à la lutte pour les premiers rôles, et se fait même souffler la 5ème place dans le dernier tour par Marco Simoncelli, pourtant sanctionné quelques tours plus tôt d’un ride through.

De plus, Spies n’est pas épargné car le sort s’en mêle. En effet, lors de la course d’Estoril, les membres de son équipe oublient un outil sur la moto au niveau de son levier de frein. Décontenancé, l’Américain est parti à la faute. De plus, lors des deux courses disputées sous dans des conditions dantesques à Jerez et à Silverstone. L’abandon de Jerez est d’autant plus regrettable que la chute de Ben est intervenue dans le dernier tour, alors qu’il était détenteur de la 2ème place, et qu’il n’était absolument pas menacé par Pedrosa qu’il venait de déposer.

Tout cela pour dire qu’au soir de la course de Silverstone, Ben est seulement 9ème du championnat, derrière son compatriote Texan, Colin Edwards, avec pourtant un nombre équivalent de mésaventures pour les deux pilotes. Mais cela serait vraiment injuste de terminer ce bilan sur cette note, car depuis Ben s’est clairement ressaisi, et réalise des performances correspondant bien plus à ce que l’on attendait de lui en début de saison.

Le déclic est intervenu lors de l’épreuve de Barcelone, lors du changement… de sa position sur la moto. Spies retrouve confiance en sa monture et signe son 1er podium de la saison avec une troisième place à moins de 2 secondes de son chef de file Lorenzo. Mais c’est à Assen que Ben démontre tout son potentiel. Avec une superbe livrée blanche et rouge célébrant le cinquantenaire de l’engagement en compétition de Yamaha, Spies joue les premiers rôles tout au long du week-end, surclasse Lorenzo lors des essais, et manque la pôle position pour deux malheureux millièmes de seconde. Là n’est pas l’essentiel puisque le dimanche, Spies oublie ses adversaires dès le premier tour (bien aidé il est vrai par les chutes de Simoncelli et Lorenzo derrière lui) et remporte la victoire dans la Cathédrale. Ce jour-là, c’était lui le plus fort.

Depuis cette victoire, Spies fait ses courses dans le deuxième groupe, le plus souvent avec Simoncelli (quand il finit…) et Dovizioso. Ben profite de ses fins de course tonitruantes et de sa capacité à freiner très tard pour prendre le meilleur sur ses rivaux, comme ce fut le cas avec Simoncelli en Italie et Allemagne, puis avec Dovizioso à Laguna Seca.

A l’opposé, le point sur lequel Spies doit travailler s’il souhaite tutoyer les sommets se situe dans les premiers tours. Spies part souvent prudemment, et dans une catégorie où les premiers tours conditionnent de manière définitive l’ensemble de la course (il est de plus en plus difficile de dépasser, et les pilotes adoptent un rythme de plus en plus constant), cette carence lui a déjà coûté de nombreux points au championnat. Au Qatar, il disposait d’un rythme supérieur à Dovizioso et Simoncelli en fin de course, mais n’a pu les rejoindre avant le drapeau à damiers, et au Sachsenring, il en aurait été de même sans l’erreur de Simoncelli dans le dernier virage. Les deux seules fois où Spies est parti sur les chapeaux de roues sont à Barcelone et à Assen, soient les deux podiums signés cette saison par l’Américain.

Contrairement à la majorité des pilotes du plateau MotoGP, l’avenir de Spies est déjà assuré puisque son contrat avec l’écurie Yamaha officielle court sur deux ans. Cela lui laisse le temps de progresser et de gagner des places au championnat, puisque le pilote qui le devance, Valentino Rossi, a terminé ses 4 dernières courses derrière Spies.

 

 

Vous aimerez peut-être :

Tags: , , ,

2 Commentaires

  1. philguerin

    jaya la dernière photo de SPIES à ASSEN… C’est pas une des miennes???

Laisser un commentaire

moto2 le mans

[GP de Catalogne] Présentation des Moto2

Attention ! Le champion du Monde est de retour. Tito Rabat...

wpilote

Nous contacter

Pour nous contacter, merci de remplir le formulaire ci-dessous. Nous...

spies

Ben Spies

·Date de naissance : 11 Juillet 1984 · Lieu de naissance...

rossi_004_motogp_2013_usa_laguna_seca

Valentino Rossi

   Date de naissance: 16 Février 1979 Lieu de naissance:...

mgp_2011_02_23_Sepang_MarcoSimoncelli_56701298483742

Marco Simoncelli (1987-2011)

 Marco Simoncelli nous a quitté le 23 octobre 2011 sur...

Italie – 3 Juillet

MotoGP : Pos. No. Rider Manufacturer Time Diff 1 1...