Toutes nos excuses, aucun Tweet n'a pu être chargé.
S'abonner à Twitter
motogp

Présentation du GP d’Italie

Un nouveau week-end de courses qui s’annonce fabuleux sur le circuit toscan du Mugello. Valentino Rossi, idole de tout un peuple et les Ducati soutenus par de nombreux tifosi d’un côté face à Marc Marquez et Jorge Lorenzo abhorrés par ces mêmes personnes. Les courses s’annoncent chaudes et pas seulement dû au soleil qui devrait briller. Présentation du GP d’Italie:

Qui pour s’imposer au Mugello ? La question n’est pas facile à répondre. Que ce soit Jorge Lorenzo qui adore cette piste et qui a remporté quatre victoires lors des cinq dernières années ou Valentino Rossi qui compte 9 victoires sur cette piste depuis le début de sa carrière, ou bien encore Marc Marquez qui n’a remporté qu’une victoire depuis son passage en MotoGP.

lorenzo

La course du Mans nous a permis de revoir le Lorenzo que l’on connait. Un très gros départ, rapidement quelques dixièmes d’avances, puis une course en solitaire. Ce n’est pas le plus spectaculaire, mais le plus efficace. Lorenzo sait qu’il sera attendu par les tifosi et qu’il sera conspué durant les trois jours. Il s’est préparé. On a déjà vu au Mans que le public le sifflait lorsqu’il était à la rencontre pilote ou sur le podium, ce sera encore pire en Italie. Mais si Lorenzo s’impose au Mugello, on peut espérer avoir une réaction de Lorenzo à la hauteur des sifflets qu’il recevra.

rossi

Valentino Rossi a un principal problème avant cette course. Quel déco de casque va-t-il choisir ! Oui, il y a pire comme problème. Sur le podium au Mans après avoir fait un départ moyen, l’italien a remonté et doublé Dovizioso et Marquez avant de voir ses deux adversaires chuter alors qu’il accélérait son rythme. Est-ce qu’il a pris un petit avantage psychologique sur Marquez ? Pourquoi pas. Rossi se suivi par 100 000 personnes, comme toujours en Italie. Il sait gérer la pression, et il n’est jamais meilleur que lorsqu’il est attendu.

On peut espérer voir une baston entre les trois meilleurs pilotes du monde sur cette course.

marquez

Marc Marquez a commis sa première erreur au Mans. Comme l’a dit Lorenzo « on a chacun fait une erreur, on repart de 0 ». Le pilote Honda a perdu le leadership au championnat, mais cela n’est pas très grave, il est dans les pas de Lorenzo. Comme Lorenzo, il peut s’attendre à être sifflé et insulté pendant les trois jours. On verra comment il réagit, s’il perd le sourire qui l’accompagne toujours. Même s’il n’a pas toujours été en réussite au Mugello (on se souvient de sa seule chute en course en 2013, ou de sa très grosse chute en fin de ligne droite l’année suivante), Marquez sait s’adapter et pourrait bien empêcher Rossi ou Lorenzo de gagner.

pedrosa

Dani Pedrosa est toujours bien placé au championnat même s’il n’est pas le plus brillant en piste. Il est souvent bien classé mais assez loin des premiers. Mais surtout, alors qu’on parlait de lui pour signer chez Yamaha pour les deux prochaines années, Pedrosa a annoncé la prolongation de son contrat pour les deux prochaines années.

vinales

Tout naturellement, Maverick Vinales devrait être confirmé pilote Yamaha pour 2017 et 2018. Auteur de son premier podium en MotoGP au Mans, Vinales n’était pas le plus expansif sur le podium, mais on peut penser qu’il était tout de même heureux. Maintenant, il devra confirmer, lui qui sera très suivi ces prochaines courses (entre son podium et sa future destination). C’est là que l’on verra si Vinales est fort dans la tête.

dovi

Chez Ducati, Andrea Dovizioso est donc l’heureux élu pour être partenaire de Jorge Lorenzo pour 2017 et 2018. Alors qu’il y avait de nombreuses rumeurs l’annonçant chez KTM ou Suzuki, c’est finalement le plus ancien des Andrea qui aura le droit de prolonger l’aventure avec Borgo Panigale. Alors, est-ce Ducati qui a choisi Dovizioso ou est-ce Iannone qui a refusé de diminuer son salaire ? On peut se poser la question. Dovizioso, malgré un début de saison catastrophique au niveau comptable est très rapide. Il pourrait bien avec sa Ducati et la longue ligne droite du Mugello se retrouver encore en bagarre pour le podium.

Andrea Iannone était installé en 2ème position du GP de France quand il a chuté. Comme souvent, Iannone ne concrétise pas ce qu’il montre en début de course ou lors des essais. Maintenant que son départ de chez Ducati est acté, Iannone jouera sa carte personnelle, et même s’il ne faisait déjà pas de cadeaux à Dovizioso, on peut penser que ce sera encore pire.

IMG_20160506_212908

Le premier pilote non usine est toujours Pol Espargaro. Contrairement aux pilotes ci-dessus, l’espagnol de Tech3 n’a pas encore signé son contrat pour la saison prochaine. D’après ce qu’on entend, Espargaro pourrait prolonger chez Tech3. Hervé Poncharal lui donnerait un nouveau contrat s’il continue sur la même lancée, et Espargaro acceptera si aucune équipe supérieure ne vient le chercher. Et excepté KTM qui est une usine, personne d’autres ne devrait vouloir Espargaro.

Outre le duo italien de Ducati, un troisième pilote de la botte sera sur une machine italienne avec Danilo Petrucci. Blessé en début d’année, il a débuté sa saison au Mans et est rapidement revenu au niveau avec une 7ème place. Il pourrait bien être la bonne surprise dans le top 10 pour ce GP d’Italie.

 

moto3

Brad Binder semble avoir passé un cap depuis deux courses. Sa victoire à Jerez en partant de la dernière place, suivi d’une nouvelle victoire en bagarre durant toute la course au Mans a montré au pilote sud-africain qu’il était le plus rapide cette année. Grâce à ses deux victoires, il s’est installé en tête du championnat et est devenu le favori logique au titre. Après une première victoire, le plus dur est de confirmer, Binder n’aura attendu que deux semaines pour avoir sa deuxième victoire. Mais cette fois, il sera face à une meute d’italiens qui n’auront qu’une idée : S’imposer devant ses fans.

Car il faut bien le reconnaitre. Depuis deux saisons maintenant, les italiens sont aux avants postes. Que ce soit Romano Fenati, Niccolo Antonelli ou Enea Bastianini, ils ont déjà remporté au moins une victoire depuis l’année dernière. Sans parler du rookie Nicolo Bulega, de Francesco Bagnaia, de Andrea Locatelli ou d’Andrea Migno qui peuvent eux aussi grimper sur le podium.

bulega

Nicolo Bulega aurait pu s’imposer à Jerez. C’est la grande surprise du début d’année. Il a confirmé sa bonne forme au Mans avec une 5ème place, premier de son groupe de 4 pilotes. Il devra gérer sa nouvelle popularité au Mugello, mais il pourrait bien briller et s’imposer. Rien de mieux qu’une première victoire à domicile pour devenir une nouvelle étoile.

fenati

Romano Fenati, son coéquipier se doit de gagner ou tout du moins de terminer devant Binder. Montrer au sud-africain qu’il ne s’est pas avoué vaincu. Avec 35 points de retard sur Binder, Fenati ne doit pas attendre et ne plus perdre de points s’il veut rester dans la course au titre. Il est aujourd’hui le plus expérimenté des pilotes de tête, et pourtant, il ne domine pas aussi facilement. Même s’il semble plus travailleur que par le passé et que ses week-ends sont mieux construits.

Niccolo Antonelli a remporté la première course au Qatar mais a beaucoup plus de mal depuis. Le pilote Ongetta est très inconstant. On sait qu’il peut être très rapide (comme depuis 4 ans), mais il n’arrive pas toujours à concrétiser en course. Actuellement 5ème du championnat avec seulement 39 points, Antonelli n’est pour le moment qu’un pilote capable de coups d’un jour.

bagnaia

Francesco Bagnaia s’est bien calmé depuis un an. Lui qui était un peu fou lorsqu’il se retrouvait devant a réussi à ne plus être un danger pour les autres pilotes. Aujourd’hui Bagnaia est un outsider sérieux. Déjà auteur de deux podiums cette année, il pourrait recommencer au Mugello, sur un circuit qu’il apprécie.

bastia

Enea Bastianini était le grand absent du GP de France. Blessé à la main une semaine avant Le Mans, il n’a pas eu l’autorisation de courir. Présent au Mans, il a du s’occuper du jeudi après midi au dimanche après midi. A part faire des allers retours dans le paddock, il a du s’ennuyer. Sa main était bandée mais il n’avait pas l’air de trop souffrir.

Même si les italiens seront nombreux à vouloir gagner chez eux, il ne faut pas oublier les espagnols qui eux aussi peuvent s’imposer. Jorge Navarro en favori, Aron Canet ou Joan Mir en outsider.

navarro

Jorge Navarro ne s’est toujours pas imposé. Ce qui est surprenant vu que l’espagnol est depuis 10 courses maintenant un des principaux pilotes de la catégorie. Toujours aux avants postes, il compte déjà trois podiums et une 4ème place cette année. Mais il lui manque le petit coup de pouce dans le dernier tour. Il ne lui manque pas grand-chose pour enfin gagner.

canet

La révélation du Mans a été Aron Canet. Le jeune pilote Estrella Galicia a bien failli monter sur son premier podium en Mondial. Tranchant, bagarreur, il ne s’en est fallu que de peu pour qu’il passe son coéquipier dans le dernier virage. Arriver à se battre pendant plus de 20 tours avec Navarro, Binder ou Fenati montre bien que Canet est un pilote sur qui il faudra compter dans le futur.

quarta

Côté français, Fabio Quartararo s’est rassuré au Mans. Il ne termine que 6ème, mais c’est sa meilleure performance de l’année. Pas très confiant avant la course, Quartararo avait raison. Son rythme était moins rapide que les leaders. Il a pu tenir quelques tours avec les meilleurs mais pas la course entière. Mais il a réussi à se battre avec des pilotes qui réalisent un bon début de saison ce qui est une bonne nouvelle. Il marque 10 points pour le championnat, ce qui est un bon début pour sa reconstruction. L’objectif pour le Mugello est de se retrouver à nouveau parmi les meilleurs et pourquoi pas jouer le podium.

 

rins

En Moto2, Alex Rins s’est imposé sans trop de difficulté au Mans. Le pilote de Sito Pons a fait la course entière en tête, réussissant à se débarrasser assez rapidement de Simone Corsi et Tom Luthi. L’espagnol a pris la tête du classement général grâce à cette victoire. Rins a remporté sa deuxième victoire de la saison, et il semble enfin avoir lancé sa saison. C’est la première fois de l’année où on le sent dominateur de bout en bout.

lowes

Sam Lowes a eu un peu plus de mal au Mans. Mais on devrait le retrouver devant au Mugello, lui qui avait brillé pour la première fois en GP sur ce circuit. Lowes a quand même pris de gros points au Mans malgré un début de course assez difficile.

luthi

Tom Luthi était le grand favori de la course, lui qui a souvent été en réussite au Mans. Mais Luthi n’a jamais été en mesure de gagner. Troisième au final, il continue sa bonne série du début de saison et au tiers du championnat, il est toujours en 3ème position. Toujours régulier dans le top 5, Luthi est toujours un pilote sur qui il faut faire attention. On sait qu’il sera présent devant.

corsi

Simone Corsi pourrait bien lui aussi être un gros outsider au Mugello. Devant son public, l’italien qui vient de terminer deuxième au Mans voudra continuer sur sa lancée. On sait que Corsi est avant chaque course un outsider. Il peut très bien être sur le podium comme terminer 15ème. Tout dépend de comment il commence son week-end. Mais quand Corsi se bat devant, il faut toujours faire attention. On sait qu’il peut être dangereux pour ses adversaires avec son pilotage toujours agressif.

zarco

Johann Zarco a raté son GP de France. Lui qui voulait briller devant le public français et entendre la Marseillaise a chuté alors qu’il avait réalisé un début de course très moyen. Pas dans le rythme des leaders en début, il a eu du mal à se débarrasser de pilotes comme Luca Marini. Même si lorsqu’il a réussi à enfin avoir la piste dégager il tournait dans de bons chronos, il a chuté au virage du raccordement. Une grosse déception pour Zarco et une sacrée remontée de bretelles de la part de Laurent Fellon. Le début de saison de Zarco n’est pas exceptionnel, il va devoir batailler s’il veut conserver son titre. Contrairement à l’an passé, il n’enchaine pas les podiums aussi facilement.

folger

Jonas Folger a signé chez Tech3 la veille du début du GP de France. On peut se demander pourquoi Hervé Poncharal recrute ce pilote qui n’est pas exceptionnel en Moto2 et qui ne domine pas vraiment la catégorie. Folger allait être observé pour le GP de France et il a bien réussi son week end avec 4 chutes en trois jours ! Ah ce n’est pas facile la vie de futur pilote MotoGP.

Et maintenant qu’il a signé, il sera encore plus observé. Espérons pour lui qu’il ne fasse plus trop d’erreurs.

Les italiens seront comme en MotoGP et Moto3, plusieurs à rêver monter sur le podium. Que ce soit Franco Morbidelli, Lorenzo Baldassarri ou Luca Marini. Les trois teenagers sont de plus en plus rapides et apprennent très vite. Ils ne sont pas encore assez réguliers et constants, mais ils ne sont pas loin de frapper fort.

pons

Ah et puis il faudra compter sur Axel Pons. 7ème au Mans, le meilleur résultat de sa carrière, un pilote qui a un pilotage aussi coulé que lui ne peut que faire de bons résultats. Non je déconne, c’est impressionnant comme il sort de chaque virage complètement à l’agonie, on se demande comment il fait pour ne pas chuter. J’ai pu l’observer pendant le warm up et en 5 tours, il n’est sorti qu’une fois du virage du musée en étant dans une trajectoire normale. Sinon c’est du dérapage, du guidonnage, on sent vraiment qu’il est au dessus de ses pompes.

Vous aimerez peut-être :

Laisser un commentaire

moto2 le mans

[GP de Catalogne] Présentation des Moto2

Attention ! Le champion du Monde est de retour. Tito Rabat...

wpilote

Nous contacter

Pour nous contacter, merci de remplir le formulaire ci-dessous. Nous...

spies

Ben Spies

·Date de naissance : 11 Juillet 1984 · Lieu de naissance...

rossi_004_motogp_2013_usa_laguna_seca

Valentino Rossi

   Date de naissance: 16 Février 1979 Lieu de naissance:...

mgp_2011_02_23_Sepang_MarcoSimoncelli_56701298483742

Marco Simoncelli (1987-2011)

 Marco Simoncelli nous a quitté le 23 octobre 2011 sur...

Italie – 3 Juillet

MotoGP : Pos. No. Rider Manufacturer Time Diff 1 1...